filago.ch

Groupe d'étude floristique du Jura et du Jura bernois

        Le magazine

  755-424-582
Dent-de-chien (Erythronium dens-canis L.)
par Eric Grossenbacher

Dent-de-chien

Chers lecteurs,
je vous en prie, ne vous offusquez pas de ce titre insolite... Vous-même, n'avez-vous pas un numéro semblable ? Assez plaisanté ! Que cachent ces chiffres mystérieux ? Rien d'autre que les numéros d'ordre figurant dans trois flores différentes : 755 est celui des Quatre flores de France, de Fournier, 424 se rapporte à la Flore de la Suisse, de Schinz et Keller, et 582 à l'Atlas de poche de la Flore Suisse, de Thommen. Chaque nombre est attribué à la même plante : la dent-de-chien (Erythronium dens-canis). Alors, comme nous vivons au temps de l'électronique, préparons-nous à l'ordinateur botanique... Quelle poésie en perspective, chers lecteurs!

L'appel d'une plante

Dans le Répertoire des plantes vasculaires du Jura bernois (1970), de Charles Krähenbühl, il est dit sous dent-de-chien: "Taillis, gazons, bois de chênes; rare. Fleurit en mars ou avril. Combe de Biaufond (Lesquereux) : aurait été naturalisé par Abraham Gagnebin (1707-1800); Plateau de Diesse (Gibolet, 1819-1883)".

Auparavant, Ch.-H. Godet, dans son Supplément à la flore du Jura (1869), indiquait : "M. le pasteur Guyenet me l'a envoyée des environs de Lignières, au bord du bois de chênes, pas loin de l'endroit où s'est aussi trouvée la fritillaire!"

La dent-de-chien se trouve toujours à Lignières et nous devons à l'amabilité de Madame Betty Rossel, institutrice retraitée de Bienne, d'avoir découvert cette magnifique plante, non loin du stand de tir.

Dent-de-chien Erythronium dens-canis L.

Du grec erythros, rouge : couleur de la fleur et des taches des feuilles. Bulbe blanc, allongé en forme de dent canine ; feuilles toutes à la base, ovales ou lancéolées, tachées de rouge et quelquefois aussi de blanc. Fleur grande, rose tachée de blanc, pendante ; 10-30 cm. Pelouses, landes, clairières. Fleurit de février à avril. Distribution : Alpes, Pyrénées (500-2000 m). - D'après Les quatre flores de France, de Fournier.

La dent-de-chien appartient à la flore d'Eurasie.

Où faut-il aller pour l'admirer ? Henri Correvon, dans Champs et bois fleuris (4e édition, 1950), nous dit : "C'est en mars qu'on peut admirer, sous les buissons de Chancy près de Genève, cette merveilleuse liliacée à la fleur de cyclamen qu'on nomme dent-de-chien. Elle abonde sur les pentes du Mont-Vuache et du Jura méridional au-dessous de la Valserine". Mme Claude Weber, dans son catalogue dynamique de la Flore de Genève (1966), ajoute une note phytosociologique : " La dent-de-chien se trouve dans l'alliance du Fraxino-Carpinion (bois denses sur terrains élevés) ou dans l'alliance du Quercion pubescenti-petraeae (bois clairs, secs et chauds)."


Dent-de-chien Ruben Sutter, de Berne, cite la dent-de-chien comme caractéristique de l'association Laburno alpini-Fagetum (hêtraie à aubours) dans le massif de la Grigna, près de Lecco (Italie).

Conduits au Mont-Vuache par Jeanne Covillot, botaniste de Genève, nous eûmes tout loisir de découvrir la dent-de-chien... Quelle présence ! Nous exhortons tous ceux qui le peuvent d'aller une fois dans leur vie au Mont-Vuache en mars ou avril. Et pourquoi pas une sortie organisée par le Club jurassien, avec Jeanne Covillot comme botaniste ? Le Mont-Vuache se trouve à l'ouest du canton de Genève, tout proche, sur sol français. Il existe certainement d'autres stations ; nous renvoyons le lecteur aux ouvrages spécialisés. Par exemple au Plateau de Retord à l’ouest de Bellegarde-sur-Valserine, à 1322 m d’altitude : le spectacle est comparable à celui des jonquilles du haut Jura.

Modeste station

Evidemment, la station où pousse Erythronium dens-canis à Lignières est plus que modeste si on la compare au Mont-Vuache. Toutefois, pour les habitants des bords des lacs jurassiens, Lignières a l'avantage d'être plus proche que la région genevoise ! Et, dès fin mars, il est aisé d'aller rendre visite à une véritable petite merveille de la nature. Nous donnons au lecteur le relevé botanique de cette station, sachant bien que nos membres auront tout le respect dû à une petite reine.

Notre relevé de la station d’Erythronium dens-canis L. du bois de chênes de Lignières

CommuneLignière NE Dent-de-chien Dent-de-Chien Dent-de-chien
Altitude761 m
Coordonnées571 250/213 800
Expositionnord, pente presque nulle
Aire100 mètres carrés
Arbres: recouvrement 100%
Quercus sessiliflora1
Tilia platyphyllos1
Fraxinus excelsior1
Sorbus aria1
Arbustes: recouvrement 25%
Fagus sylvatica1.2
Sorbus aria1.2
Ribes alpinum1.2
Crataegus monogyna2.2
Lonicera xylosteum2.2
Prunus spinosa+
Corylus avellana1.2
Fraxinus excelsior+
Viburnum lantana1.2
Tilia platyphyllos1.2
Cornus sanguinea1.2
Acer opalus+
Ligustrum vulgare1.2
Plantes herbacées: 100%
Erythronium dens canis+
Hepatica nobilis1.2
Anemone nemorosa2.2
Mercurialis perennis2.2
Lathyrus vernus1.1
Asperula odorata1.1
Ranunculus auricomus+
Lamium galeobdon+
Phyteuma spicatum+
Primula columnae+
Melica nutans1.2
Poa nemoralis2,2
Milium effusum+
Luzula nemorosa+
Euphorbia dulcis+
Glechoma hederaceum1.2
Viola silvestris+
Paris quadrifolia+
Polygonatum multiflorum+
Polygonatum verticillatum+
Galium mollugo1.2
Convalaria majalis2.2
Veronica chamaedris+
Melittis melissophyllum+
Rumex acetosella+
Hedera helix+
Rosa sp.+
Fragaria vesca1.2
Taraxacum officinale+
Hieracium murorum1.1
Maianthemum bifolium1.2
Geranium robertianum+
Geum urbanum+

Mousses :   5%

* Le lecteur est renvoyé au chiffrage en phytosociologie No4 du Rameau de Sapin, année 1981, page 51

Notes

  1. Les quatre premières espèces herbacées étaient en fleur le 17.4.83
  2. Le 17.4.83, il y avait 8 plants d'Erythronium dens canis, dont 4 en fleur
  3. A mi-mai, les feuilles d'Erythronium dens canis avaient disparu
  4. Dépôt de cailloux (calcaires et granit)
  5. Mousses sur les pierres
  6. Traces de tracteur, la station ouxtant un champ de cultures
  7. La station se situe entre le stand de tir et les cibles. Si vous entendez tirer, inutile de vous approcher de la station.

413.32.289.118 (Eric Grossenbacher)

Bibliographie sommaire

Explication des chiffres :
(les chiffres suivis d'un astérisque concernent plus particulièrement la dent-de-chien)

1. Ouvrage de détermination
2. Dessin au trait
3. Illustration
4. Planche en couleur
5. Monographie
sophora 6. Album
7. Géographie botanique

Flore du Jura (1)
par Ch.-H. Godet, 1853, et son Supplément à la Flore du Jura, 1869

Flore de la Suisse (7)
par H. Christ, 1883

Fleurs du Jura * (6, 3)
Lucie et Pierre Chevassus, Ed. SAEP, Colmar-Ingersheim, 1973

Champs et bois fleuris * (7,4)
H. Correvon, dessins de P.-A. Robert, planches en couleurs de mlle S. Rivier, Ed. Delachaux & Niestlé, 4e édition, 1950

Flora der Südalpen * (1.2.4)
(Vom Gardasee zum Comersee), par Pitschmann-Reisigl-Schliechtl, Ed. G. Fischer, Stuttgart, 2e éd., 1965

Histoires de plantes * (5.2)
(printemps), par Gilbert Bocquet, dessins de Line Guibentif, Ed. des Conservatoire et Jardin botanique de Genève, 1980

Le Mont-Vuache (5)
(étude de floristique) par John Briquet, bull. Soc. bot. de Genève, déc. 1884

Fleurs d'Auvergne * (6.3.2)
Ernest Grenier, dessins de Chantal Le Minor, Ed. SAE, Colmar-Ingersheim, 1973

Fleurs de Savoie (6.3.2)
Robert Frisch, texte et dessins, Ed. SAEP

Führer zu Grigna-Exkursion (5.2)
des Bernischen Botanischen Gesellschaft, vom 5.-9. Juli 1979, par Ruben Sutter

Plantes protégées de Suisse * (3)
Elias Landolt ; adaptation française de Jean-Louis Richard, LSPN, 1970


© Groupe d'étude floristique du Jura et du Jura bernois 2010
Dernière mise à jour: 23 mars 2011
Auteurs du site: Philippe Juillerat et Marc Jeannerat