filago.ch

Groupe d'étude floristique du Jura et du Jura bernois

php # Créé le 22 décembre 2008 # Ecrit par Marc Jeannerat # defined( '_AUTHORISE' ) or die( "L'accès direct à cette page n'est pas authorisé." ); ?>

        Le magazine

  Cent cinquante lathrées écailleuses, par Eric Grossenbacher

Lathrée écailleuse

En 1972 l'envie me reprit de suivre à nouveau les excursions de botanique de l'Université de Neuchâtel. Le professeur Jean-Louis Richard me montra pour la première fois la lathrée écailleuse (Lathrea squamaria) dans une combe du Doubs, à la Réchesse, à quatre kilomètres en aval de Soubey (JU). Depuis, j'ai localisé cette espèce au Tiergarten, entre Vicques et Vermes (JU) et (voir plus loin) sur la frontière Neuchâtel-Jura bernois, le long du ruisseau de Vaux, à la Neuveville.

La lathrée écailleuse est une plante sans chlorophylle, à tige florifère d'un blanc rosé, de 5 à 30 cm de hauteur, et à fleurs blanchâtres ou rosées, rapprochées en épi unilatéral. Elle vit en parasite sur les racines d'essences feuillues. Les botanistes l'ont classée dans la famille de Orobanchacées.

Ce fut le 14 avril 1980 que je trouvai ce groupement peu ordinaire de lathrées. Je me promenais à la Cascade de la Neuveville où le Ruisseau de Vaux se jette d’une hauteur de vingt mètres dans un bassin quand, soudain, j'en aperçus... 150, quel tableau ! Ce groupement était situé dans une petite pente en légère dépression orientée vers l'ouest. Cet emplacement bordé au sud par le Coronillo-Quercetum (Chênaie buissonnante), à l'ouest par le petit bassin formé par le Ruisseau de Vaux, à l'est et au nord par un bois où domine le frêne élevé Fraxinus excelsior. D'habitude, la lathrée écailleuse est peu fréquente et, vraiment, en trouver 150 sur une surface d'à peine deux mètres carrés peut étonner, à juste titre, plus d'un botaniste.

Voici le relevé de ce groupement :

lieu    Cascade de la Neuveville à 100 m environ en contrebas et au S-W du Château du Schlossberg
date    14.4.1980
aire    2,25 m2
exposition    ouest
altitude    480 m
pente    5 degrés

Lathrée écailleuse


Espèces végétales

buissons    Chèvrefeuille à balais
Lonicera xylosteum
    +(*)
    Framboisier
Rubus idaeus
    +
strate herbacée    petite pervenche
Vinca minor
    4.4
    Lathrée écailleuse
Lathraea squamaria
    3.4
    Lierre
Hedera helix
    1.2
    lamier des montagnes
Lamium montanum
    +

(*) ... les chiffres qui suivent le nom des espèces ont la valeur suivante d'après l’échelle de J. Braun-Blanquet) :


Abondance-dominance (chiffre de gauche ou chiffre seul)

5     l'espèce recouvre plus des 2/4 de la surface totale
4    l'espèce recouvre de la moitié aux 3/4 de la surface totale
3    l'espèce recouvre du quart à la mosophoraitié de la surface totale
2    l'espèce recouvre du 1/20 au 1/4 de la surface totale
1    nombreux mais moins de 1/20 de la surface totale
+    peu
r    rare

Sociabilité (chiffre de droite)

5    peuplements plus ou moins denses
4    
3    groupements isolés
2    touffes
1    individus isolés

Ainsi, à la Neuveville, la lathrée écailleuse recouvrait près de la moitié de la surface en formant un peuplement dense.

Cette petite chronique est parue dans le « Rameau de Sapin », bulletin du Club Jurassien de Neuchâtel, No 4, 1981

P.S. Une remarque importante s’impose : depuis cette date (14.04.1984), je n’ai plus revu une seule lathrée écailleuse en cet endroit ! (E.Gr, La Neuveville, 01.02.09)

Lathrée clandestine Lathrée clandestine

Une autre histoire de Lathrée, par Marc Jeannerat

Il y a quelques années, j'ai suivi pendant quelques jours la variante sud du chemin de St-Jacques en France, histoire d'observer la transition entre des paysages méditerannéens et atlantiques. Juste à la limite entre les yeuses et les épicéas, mon regard fut attiré par l'étrange chose que l'image de droite représente, comme un bouquet de monstrueuses corolles de pédiculaires, des corolles, sinon rien.

Perdu dans ma contemplation éberluée, je n'ai pas vu venir le pire orage de ma carrière de randonneur, le plus dangereux surtout: suivre une crête, sans pouvoir ni descendre ni m'abriter. Etre trempé était vraiment le moindre de mes soucis!



Mon étrange découverte me réservait d'autres peines: pendant une année j'ai cherché son nom jusqu'à ce que je tombe par hasard sur une planche de la grande Flore de Gaston Bonnier (figure ci-contre): La lathrée clandestine Lathraea clandestina, en voilà une qui n'a pas volé son nom !


© Groupe d'étude floristique du Jura et du Jura bernois 2010
Dernière mise à jour: 23 mars 2011
Auteurs du site: Philippe Juillerat et Marc Jeannerat